En ce moment Mon compte
[Musique]

Plein Air (Scène Cercle Sud)

Villette Sonique

Dimanche 29 mai 2016
  • Gratuit

Choisissez votre date

En accès libre

Lieu

Prairie du cercle

Accès Porte de Pantin :

Métro :  Ligne 5
Bus : Ligne 75,151, PC2 et 3
Tram : Ligne T3b

Parking Sud "La Villette – Cité de la Musique" - PMR contactez le 01 40 03 75 75

Date

Le dimanche 29 mai à 15h

Une programmation dominicale transversale s’annonce avec No Zu, une des découvertes du festival entre disco percussive et no wave psychée, Cavern of Anti-Matter qui marche sur les traces glorieuses de Stereolab, puis Pachanga Boys, soit la rencontre de Rebolledo et Superpitcher, machine à danser implacable.

No Zu

Formée en 2007, la bande australienne semble s’inscrire dans la tradition punk funk née à New York à la fin des années 70. Mélange bouillonnant de percussions world, de vocalises syncopées et de synthés analogiques, No Zu produit une musique dansante unique en son genre, tant elle brasse d’influences et d’esthétiques. Un éclatement des œillères musicales qui n’est pas sans rappeler le gang culte Liquid Liquid dont le leader Sal P a collaboré avec No Zu. La transe devrait être au rendez-vous pour cette première apparition sur le sol français.

Cavern of Anti-Matter

Désormais installé à Berlin, Tim Gane de Stereolab a formé Cavern of Anti-Matter avec le batteur Joe Dilworth et le claviériste Holger Zapf. Certainement influencé par son environnement direct, ce nouveau projet est une exploration des musiques répétitives et motorik. En effaçant toute notion d’époque, la musique du trio ouvre de nouvelles voies à la Kosmische Musik tout en cultivant un amour inconditionnel pour la pop music mélodique. Leur premier album bénéficie de collaborations avec Sonic Boom (Spacemen 3), Bradford Cox (Deerhunter) et Jan St. Werner (Mouse on Mars).

Pachanga Boys

Sortir un disque qui s’intitule « We are really sorry » sur le label Hippie Dance (sous division de Kompakt) : cela prouve bien l’humour du Mexicain Rebolledo et de l’Allemand Superpitcher, réunis sous l’entité Pachanga Boys. Machine d’amour sonore aux sonorités langoureuses et psychédéliques, la techno des deux producteurs est une ode hédoniste à la fête, taillée autant pour les petits matins que pour les après-midis brûlés par le soleil. Cela tombe donc à point nommé.

En coopération avec le Goethe-Institut dans le cadre du projet « Neues Rheinland! », le meilleur de la scène artistique en rhénanie.

En lien