En ce moment Mon compte
[Exposition]

Mois de la photo du Grand Paris

Du 29 mars au 3 septembre
  • Gratuit

Choisissez votre date

En accès libre

Lieu

Sur le Parc

Dans les jardins du parc

Accès Porte de Pantin :

Métro :  Ligne 5
Bus : Ligne 75,151
Tram : Ligne T3b


Accès Porte de La Villette :

Métro :  Ligne 7
Bus : Ligne 139, 150, 152
Tram : Ligne T3b - arrêt Ella Fitzgerald
RER E : Gare de Pantin

Parking Nord "Cité des Sciences" - PMR contactez le 01 40 03 75 75

Date

Du 29 mars au 3 septembre 2017

À l’occasion du Mois de la Photo du Grand Paris, et pour la première fois le public parisien et celui du Grand Paris auront l’occasion de découvrir le travail de photographes africains dans un cadre inattendu, à l’air libre et en plein jour dans les jardins du parc.

L'exposition

Akinbode Akinbiyi - Nigeria

Cities 2005-2008 • Photographies
Akinbode Akinbiyi fait partie des photographes africains les plus connus. Ses domaines de prédilection sont le reportage, l’architecture et les phénomènes culturels. Son travail s’est progressivement concentré sur les grandes métropoles africaines et ses vertigineux développements. « Mon travail est une tentative de comprendre les villes et la vie urbaine aujourd’hui. Au cours de ces dernières années, j’ai réalisé que j’étais à la recherche de mon enfance (…), chaque fois que je retrouve un de ces moments, je prends des photos. »

Mimi Cherono Ng’ok - Kenya

Untitled 2014 • Photographies
Courtesy Tiwani Contemporary, Londres
Née en 1983, Mimi Cherono Ng’ok est une photographe kenyane. Elle a déménagé en Afrique du Sud quand elle avait 19 ans, 9 ans après la fin de l’apartheid. Ce fut à travers sa relation à l’Afrique du Sud qu’elle en vint à prendre conscience de l’émotion que peut procurer un endroit où l’on a vécu, où l’on vit, et la manière dont nous relions une expérience intime à un espace. Son travail consiste maintenant à collecter des fragments d’espaces qu’elle rencontre, en documentant le familier, le quotidien et le banal.

Franck Abd-Bakar Fanny - Côte d’Ivoire

MNABTYD Untitled Photographies
Né en 1970 à Abidjan, République de Côte d’Ivoire. Cette série de photographies fait partie d’un corpus plus large. Elles représentent des vues nocturnes de trois villes d’Amérique du Nord : Belleville, New Jersey ; Cambridge, Massachussetts et Montréal, au Québec. Elles sont le produit de déambulations nocturnes, du regard d’un promeneur dont le corps est absent. Un sentiment de perte de sens suggéré par une atmosphère de décalage horaire et d’insomnie provoqués par les longues heures de vol, entre la Côte d’Ivoire, la France, Hong-Kong et les États-Unis.

Délio Jasse - Angola

Série Pontus 2012
Karima: A Day in the Life of a Henna Girl Vidéo
Né en 1980 à Luanda, Angola. Son oeuvre met l’accent sur des sujets comme la mémoire et le contexte colonial. Les procédés analogiques utilisés par Délio Jasse donnent à son oeuvre un caractère monotypique bouleversant la reproductibilité du medium photographique. Son travail tisse des liens entre générations et cultures, en combinant des images trouvées avec ses propres photographies pour explorer la mémoire.

Mouna Karray - Tunisie

The Storyteller 2012 • Installation vidéo • Vidéo 12’
© ADAGP Paris 2017
Née en 1970, vit et travaille entre Paris et Sfax, en Tunisie. Mouna Karray s’est rendue dans le sud-ouest tunisien, ses sols arides et oubliés, sa pauvreté silencieuse, sa solitude minérale, ses entrailles abondantes de richesses confisquées d’où ont jailli les révoltes de ceux dont l’âme opprimée ne se soumet pas. Dans sa lutte, dans ses rencontres, dans son errance et dans ses errements, c’est la figure d’une résistance millénaire pour la liberté et le ré-enchantement d’une terre africaine trop longtemps spoliée et désenchantée.

Kiluanji Kia Henda - Angola

The Merchant of Venice, The Great Italian Nude 2010
Kiluanji Kia Henda est né en Angola en 1979 ; il vit et travaille entre Lisbonne et Luanda. Artiste autodidacte, Kia Henda s’est inspiré du travail du photojournaliste sud-africain John Liebenberg qui a couvert l’apartheid en Afrique du Sud et la guerre civile en Angola. Dans ses oeuvres multimédias, il interroge le passé colonial de l’Angola et du continent africain d’une manière humoristique et ironique, déconstruisant les notions d’identité, de politique et de modernité.

Ala Kheir - Soudan

Revisiting Khartoum 2015 • Photographie
Né en 1985 à Nyala à l’ouest du Soudan. Sa photographie couvre un large spectre de sujets et de styles avec comme dessein de se projeter sur les sujets qui croisent son regard. Dans les années 90, Khartoum était vibrante d’activités. 20 ans plus tard, Ala Kheir commence à la photographier. Les deux décennies précédentes avaient été très difficiles. En retournant sur ces lieux qui furent vivants et fascinants d’énergie, le photographe retourne dans les pas de l’enfant qu’il fut, entouré par les fantômes de son passé.

Mario Macilau - Mozambique

Série Growing in Darkness 2012-2015
Mario Macilau est né au Mozambique, en 1984. À l’âge de 10 ans, il commença à travailler dans un petit marché, aidant les gens à porter leurs courses et lavant des voitures dans un parking pour aider ses parents. Le jeune homme commence sa carrière de photographe en 2003 et devient professionnel en échangeant le téléphone cellulaire de grand-mère contre un appareil en 2007. Il se spécialise dans des projets à long terme qui traitent de l’environnement et les conditions de vie qui affectent les groupes sociaux en déshérence.

Zwelethu Mthethwa - Afrique du Sud

Untitled (Brave Ones Series) 2011 • Vidéo 9’ 11’’
Inkunzi Emnyama 2009 • Photographie • Diptych, archival ink on cotton rag paper
Courtesy of Stevenson, Cape Town et Johannesburg
Née au Swaziland en 1982. L’intérêt de Mntambo pour les vaches, leurs peaux et l’art de la corrida l’a conduite à ce Paso Doble, une danse théâtrale inspirée par le drame que représente une corrida. La musique choisie dans cette danse est la même que celle qui est jouée lorsque le matador fait son entrée dans l’arène ou juste avant la mise à mort. Lié au Flamenco, le Paso Doble est à la fois arrogant et passionné.

Aida Muluneh - Éthiopie

Memories in Development 2017 • Photographies, triptyque • Production 2017
Née en Éthiopie en 1974, Aida Muluneh a quitté le pays très jeune et passé une enfance itinérante. Ses travaux les plus récents jouent avec la notion de mémoire, en réinventant des rites contemporains à travers des personnages qu’elle invente. Memories in Development est la métaphore d’une Afrique en quête de sa propre histoire, et fait un clin d’oeil ironique à la notion de Pays en développement.

Uche Okpa Iroha - Nigeria

Being A Corleone 2012 • Turning Point 2012 • Between Love And Hate 2012 • A Room For A Favour2012
Uche Okpa-Iroha est né en 1972 à Enugu au Nigeria. Dans cette série, il se place méticuleusement dans le cadre de l’image, grâce à des stratégies de reconstruction et de reconstitution. L’artiste intervient dans le film hollywoodien de Francis Ford Coppola de 1972 Le Parrain en isolant et en reconstruisant des images extraites de ce film majeur. À travers un procédé de reconstitution numérique, l’artiste détourne une image emblématique d’Hollywood en introduisant un homme noir parmi les gangs familiaux d’une sub-culture italo-américaine.

Alexis Peskine - France

Le Radeau de la Méduse 2016 • Installation vidéo • Vidéo 5' 21''
Sans titre 2017 • Acupeinture • Production 2017
Né à Paris en 1979. Le Radeau de la Méduse est une collection d’oeuvres, inspirées par la peinture de Géricault. Le tableau dépeint cette histoire : des femmes et des hommes entre la vie et la mort sur un radeau improvisé. De cette oeuvre émanent le fantastique et la violence, la faiblesse et la force, la fatalité et l’espoir, au même titre que les histoires de migrants qui traversent déserts, terres hostiles, mers et océans.

Guy Tillim - Afrique du Sud

Addis Ababa 2015 • Photographies
Courtesy of Stevenson, Cape Town et Johannesbourg
Guy Tillim est né en Afrique du Sud en 1962. Pour Afriques Capitales, il présente une sélection de photographies issues de deux séries récentes de photographies prises à Addis Abeba et Johannesbourg. « Je n’arrivais pas à tout voir et à être partout. J’ai réalisé que, pour suggérer quelque chose de vrai, où je me trouvais n’était pas particulièrement important, mais que je devais laisser l’endroit s’exprimer à travers moi plutôt que d’essayer d’attribuer des coordonnées à chaque pièce du puzzle ».

Andrew Tshabangu - Afrique du Sud

Série City in Transition 2004
Courtesy Galerie MOMO, Johannesburg et Cape Town
Andrew Tshabangu est un photographe sud-africain, né à Soweto en 1966. Ses images ont été montrées internationalement dans de nombreuses expositions. Tshabangu est connu pour ses éclairages surréalistes enfumés qui décrivent des rites dans les communautés noires de l’Afrique urbaine. Tshabangu est avant tout fasciné par la ville dans laquelle il vit. Il aime flâner dans les rues et, tel un voyeur, dérober les moments privés qu’il surprend. Invisible à ses sujets, il raconte, à la fois acteur et observateur, la vie quotidienne de travailleurs. Dans cette série, City in Transition, c’est par l’espace extérieur qu’il est attiré. Dans le centre de Johannesbourg qui a été le témoin de changements permanents, il cherche à saisir le mouvement fluide qui constitue le tissu de la ville.

Le petit plus

En lien

    À découvrir

    Avec le soutien de