En ce moment Mon compte
[Festival] [Musique]

Fred Pallem & Le Sacre du Tympan / Andy Emler MegaOctet

jazz à la villette

Samedi 8 septembre

Choisissez votre date

Il n’y a plus de date pour cet événement. Voir la programmation à venir

Réservez par téléphone
au 01 40 03 75 75 du lundi au samedi de 10h30 à 19h30

Réservez sur place
à la folie infos-billetterie du mardi au dimanche de 10h30 à 19h30

Tarifs

Plein tarif 26€


Tarifs réduits
Formule /Abonné / Carte Villette / - 26 ans21€

Vos places à prix réduits

Abonnement
Tous les spectacles à 10, 15 or 20€ avec les meilleures places en priorité
Carte Solo
Carte Duo
30% de réduction sur tous les spectacles et les Ateliers Villette à 8€, en toute liberté
Abonnement jeune
Pour les moins de 26 ans

Lieu

Cité de la musique

Salle des concerts

Assis

Accès Porte de Pantin :

Ligne-5-métro Porte de Pantin

bus ligne 75, 151, PC 2 et 3 : Porte de Pantin

tram-t3b Porte de Pantin

Parking Nord "Cité des Sciences" - PMR contactez le 01 40 03 75 75

Date

Samedi 8 septembre à 16h30

Assis - placement libre

Le Sacre du Tympan, orchestre imaginé par Fred Pallem qui mêle musique populaire et musique savante, fête ses vingt ans en invitant Thomas de Pourquery et Théo Ceccaldi. Laboratoire jouissif du pianiste Andy Emler, le MegaOctet, est un monument qui imagine le jazz comme une énorme cour de (ré)création.

Fred Pallem & Le Sacre du Tympan

Le Sacre du Tympan, c’est un banquet hédoniste dans lequel musique populaire et musique savante fricotent sans tabou. Imaginé en 1998 par le bassiste Fred Pallem sur les bancs du CNSM, cet orchestre sérieusement foufou s’est amusé à passer à « sa » moulinette une foule d’esprit frappeurs et frappants : la folk intimiste de Neil Young, la soul brûlante de la Blaxploitation, l’œuvre électro-pop de François de Roubaix ou encore les B.O. des « cartoons » cultes (Les Simpson, Bob L’Éponge ou Inspecteur Gadget). Au menu, synthés coquins, cuivres virils, mélodies accrocheuses et deux « guests » qui s’y connaissent en orchestres XXL : le saxophoniste Thomas de Pourquery (MegaOctet, Rigolus…) et le violoniste Théo Ceccaldi (ONJ, Grand Orchestre du Tricot). Bref, comme de la drogue, mais en mieux.

Andy Emler MegaOctet

Cette bande des neuf(s) imagine le jazz comme une immense cour de (re)création : parce qu’on y malaxe en vrac l’esprit du Miles en mode électrique, du Zappa en format big band ou du Led Zeppelin version instrumentale. Mais aussi et surtout parce qu’on s’y amuse sans limites – il n’est pas rare d’entendre Andy Emler glisser des citations d’Ennio Morricone, Star Wars ou… « J’ai du bon tabac » ! Depuis 1989, ses musiciens ont changé, les prix ont défilé (deux Victoires du Jazz et deux Djangos d’Or), les albums ont abondé, mais l’énergie demeure intacte : « Le MegaOctet joué par des mecs un peu timides, ça ne sonnerait pas » affirme le pianiste en chef. Âmes (trop) sensibles s’abstenir.

En lien