En ce moment Mon compte

Villette en Cirques : la compagnie Iéto

[Effervescence] le 08 avril 2016

Après le festival 100%, Villette en Cirques revient à la Villette avec notamment L’instinct du Déséquilibre de la compagnie Iéto. L’équipe web est allée recueillir les premières impressions de Raffaella Benanti, programmatrice du festival, sur cette création totalement inédite à Paris.

Peux-tu nous présenter la compagnie Iéto ?
C’est une compagnie qu’on apprécie beaucoup à la Villette, et L’instinct du déséquilibre est leur deuxième création. Leur première création, Iéto, c’était un spectacle très étonnant, qui tournait aussi autour de l’expérimentation de matériau. C’est un peu leur marque de fabrique : cette capacité à s’emparer d’objets pour créer des architectures autour desquelles ils élaborent des chorégraphies acrobatiques.

Pourquoi avoir choisi de la programmer dans Villette en Cirques ?
Nous les avons rencontrés aux prémices du projet, qui nous a semblé très intéressant. La compagnie nous a montré les images des premières expérimentations, qu’on a trouvées très fortes et surprenantes. C’est ce qui nous a donné l’envie de coproduire le spectacle. Comme toute co-production, c’était un peu un pari, mais nous sommes ravis de pouvoir les accueillir dans le cadre du festival Villette en Cirques.

De quoi parle L’instinct du déséquilibre ?
C’est un spectacle qui tourne autour de l’acrobatie - de l’équilibre et du déséquilibre -, et de l’expérimentation autour du bois. Les artistes s’emparent de planches de manière très créative : la planche devient l’élément de base pour créer un tableau acrobatique. Et ça prend la forme de corps-à-corps, de danses, d’acrobaties, de sauts périlleux, ou d’une bascule.

Le spectacle rebondit d’inventions en innovations, et à chaque nouvelle situation un nouveau jeu est proposé. Il y a beaucoup de choses étonnantes, plein d’inventivité, avec des mouvements très beaux, et d’autre plus drôles, ironiques ou encore dynamiques... Avec des acrobates très bons techniquement !

Qu’est-ce qui t'a le plus interpellée dans cette création ?
Au cours du spectacle on passe d’une couleur à l’autre : il y a des tableaux poétiques, avec une danse hypnotique, et d’autres moments plus joyeux où ils sautent sur ces bascules improvisées qu’ils construisent au fur et à mesure. Au final, c’est un très beau projet, très exigeant techniquement, mais en même temps très drôle. C’est vraiment adapté à tous les publics.

****
Crédit photo : Christian Coumin

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

À découvrir