En ce moment Mon compte

Michael Clark Company : animal/vegetable/mineral

[Effervescence] le 27 mai 2015

Du 3 au 6 juin, La Villette accueille come, been and gone, une chorégraphie de la Michael Clark Company sur la musique de David Bowie ! En février dernier, l’équipe web était à la MAC de Créteil pour voir leur création animal/vegetable/mineral.

Au lendemain de l’exposition Bowie Is à la Philharmonie de Paris, La Villette propose come, been and gone, une vision de David Bowie et du Velvet Underground chorégraphiée par la Michael Clark Company. Avec animal/vegetable/mineral, Michael Clark avait choisi de danser sur d’autres piliers du rock : Public Image Limited, le groupe de Johnny Lydon des Sex Pistols, et Relaxed Muscle, le groupe de Jarvis Cocker, chanteur de Pulp.

Pour résumer sommairement le travail de la Michael Clark Company, c’est de la danse fortement imprégnée de ballet classique, sur de la musique rock. Le public assiste fasciné face à ces corps qui oscillent constamment entre le lâcher-prise total du rock, et la maitrise parfaite qu’exige la danse classique.

Michael Clark a réussi à concilier deux mondes qui paraissent pourtant contradictoires. Mais c’est justement le mouvement rock, si contestataire, qui lui a permis de se construire. C’est donc pourquoi le chorégraphe s’amuse à rendre hommage à ces pierres angulaires du punk comme de la pop.

Sauf que le rock, c’est plus que de la musique, c’est un état d’esprit, une attitude, qui transparaît dans la tenue ! Non les danseurs ne sont pas bardés de tatouages, mais les costumes sont réalisés par Stevie Stewart, qui faisait partie de la maison de mode Bodymap. Les tenues sont très colorées mais aussi très près du corps et surtout unisexe. Ici pas de genre, uniquement des corps au service de la danse.

And the world starts to spin outside the window faster and faster

Michael Clark insiste sur l’esthétique, les jeux de miroir, les illusions d’optiques… Cependant le corps s’exprime plus qu’il ne raconte : l’histoire est laissée aux chanteurs, voire à la vidéo qui vient soutenir les chorégraphies.

Cette démarche audacieuse permet quelque part de remettre la danse classique dans un contexte beaucoup plus actuel.

****
Crédit photo : Jake Walters

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux