En ce moment Mon compte

Journal vidéo Hautes Tensions : Race Horse et Sébastien Wojdan

[Coulisses] le 02 avril 2015

Le festival Hautes Tensions continue sur sa lancée ! L’équipe web de La Villette et Bonne Idée Production sont partis à la rencontre de la compagnie Race Horse qui n’hésite jamais à en rajouter pour émerveiller le public avec leur Super Sunday et Sébastien Wojdan qui cherche à se raconter au travers d’un Marathon.

Installés dans la Grande halle, l’équipe web a commencé par se perdre dans le dédale des loges pour retrouver les artistes. Arrivés dans l’espace convivial de Race Horse, il s’agit de reconnaître les volontaires pour l’interview vidéo et comme la compagnie est finlandaise, il fallait trouver des francophones. Ce sera donc Rauli Kosonen, le trampoliniste qui a fait ses études au Cnac de Châlons-en-Champagne, et Odilon Pindat, la catapulte humaine qui est en fait français, tout simplement.

Les deux jeunes acrobates nous racontent qu’ils jouent sur un registre mégalo, mais c’est parce que leur compagnie est encore très jeune. Ce qui fait qu’ils n’ont pas encore les moyens pour réaliser tous les fantasmes abracadabrantesques qui leur passent par la tête. C’est un détail qui ne les a pas empêchés de repousser toutes les limites en matière de décor, de lumières ou d’agrès : comme des enfants lâchés sur un grand parc d’attraction laissé en friche, leur imagination ne connaît pas de bornes !

Super Sunday à découvrir du 4 au 6 avril à la Grande halle !

Dans une ambiance beaucoup plus intimiste, Sébastien Wojdan est venu nous raconter son spectacle : son Marathon, il ne peut pas le faire trop souvent, car comme son nom l’indique c’est épuisant. Après un spectacle collectif avec Galapiat Cirque, Sébastien a eu envie de travailler seul sur une création. Il s’est donc lancé dans cette épique création, pour laquelle il assume tous les rôles : ainsi il joue de quatre instruments différents, même s’il n’est pas non plus virtuose, et enchaîne les risques avec tir à l’arc et lancer de couteaux.

Dans la Grande halle, il s’est construit son propre petit chapiteau, à toit ouvert, pour créer comme un cercle de confiance. Car même si Marathon est une balade dans la chambre d’un enfant dont le sol est jonché de tous les jouets pêle-mêle, Sébastien ne raconte pas n’importe quoi ! L’artiste se livre avec ce spectacle, il cherche à créer un lien avec le public, et s’il aime à se mettre en danger mais jamais il ne blessera qui que ce soit !

Marathon est un jeu ! Et comme il a une capacité d’attention d’un élève dissipé, il change de discipline toutes les six minutes, un rythme parfaitement adapté à tous les âges ! A vivre jusqu’au 5 avril à la Grande halle de La Villette.

Crédit photo : Petter Hellman

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

À découvrir