En ce moment Mon compte

James Bond : visite guidée de l’expo

[Effervescence] le 08 juillet 2016

Depuis la mi-avril, l’exposition James Bond 007, 50 ans de style Bond s’est installée à La Villette. Gadgets, voitures, costumes : l’équipe web vous propose une visite guidée de cette exposition ouverte jusqu’au 4 septembre… pour se mettre dans la peau du plus célèbre espion britannique.

Ambiance feutrée, rétro chic, les projecteurs se posent sur celles qui tiennent le second rôle de la saga : les Aston Martin DB5 (qui date de 1964) et DB10. Le temps de traverser le canon d’un pistolet à taille humaine, et on rentre dans la peau du meilleur agent du MI6.

Cap sur la luxure, dans un environnement doré tout droit tiré de la mythique scène de Goldfinger. Le charme de la réplique de Shirley Eaton couverte d’or, inerte sur son lit circulaire nous donne le ton : cette exposition sera ardente ou ne sera pas. La collection d’objets est mise en valeur par une ambiance sonore qui s’adapte à chaque espace, avec une narration qui donne l’impression d’avancer au rythme d’un scénario très Bond-ien : le bureau de M pour prendre la commande de l’état, la section Q pour s’armer de gadgets en tous genres, puis le casino pour rencontrer une belle femme et récupérer des informations, suivi de quelques voyages dans des lieux paradisiaques, la bataille contre l’ennemi d’état et enfin le grand final.

La profusion est de mise, avec plus de 500 objets exposés. La collection de croquis de costumes, de storyboard, de photos, de gadgets et d’accessoires de tournage renvoie sans cesse à des souvenirs de lecture d’été ou à des scènes emblématiques des films. On y croise entre autres, le chapeau d’Oddjob, le pistolet d’or de Scaramanga (L’homme au pistolet d’or), et des objets plus originaux comme un lingot d’or dédicacé par Sean Connery.

james bond

Pas d’impasse sur l’origine littéraire de la saga et la cadence remarquable de parution des ouvrages de Ian Fleming : une halte sur l’historique de James Bond, la création du personnage et de ses aventures se fait autour de la première édition de la collection d’origine. On entre ensuite dans le vif du sujet avec le laboratoire de M, avant la galerie de gadgets de toutes tailles de la section Q : contempler tous ces trésors d’imagination confirme l’avant-garde dont Q, et donc Ian Fleming, a fait preuve : de la première montre numérique (Vivre et laisser mourir) au portable commandant à distance de la BMW 750iL, en passant par la mallette/couteau suisse (Bons baisers de Russie).

Le glamour reprend le dessus dans la section Casino, où le look Bond est à l’honneur… mais pas seulement. La section contient des pièces maîtresses des films Casino Royale (programmé au Cinéma en Plein Air) et Skyfall : smokings, robes et accessoires les plus scintillants de la saga y sont exposés. Un véritable hommage aux créateurs, accessoiristes et costumiers de plateaux pour leurs créations et leurs croquis : Anthony Sinclair, Julie Harris, Lindy Hemming, Martin Adams, Jany Temime… et les autres.

La visite continue en nous faisant voyager dans le temps et l’espace, avec un focus sur les territoires étrangers : Russie, Chine… jusque dans l’espace ! Un véritable régal. On poursuit l’expédition jusqu’au Mexique, avec une section réservée aux objets du tournage de Spectre, exposés pour la première fois. Encerclés par des squelettes maquillés et habillés de costumes du tournage, on se croirait dans la scène d’ouverture du film, en pleine Fête des Morts.

Avant de nous laisser partir et de retrouver le commun des mortels, un dernier arrêt nous confronte aux méchants de la saga. Et coup de grâce, l’impressionnante maquette du Palais des Glaces de Meurs un autre jour clôt l’exposition. On en sort comme on ferme un récit d’expéditions et de romance.

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

À découvrir