En ce moment Mon compte

Harry Partch : l’instrumentarium

[Effervescence] le 13 juin 2016

Le 18 juin, dans le cadre du festival Manifeste organisé par l’Ircam, La Villette invite Heiner Goebbels à revisiter Delusion of the Fury de Harry Partch. La spécificité de cet opéra, ce sont les instruments qui ont tous été inventés par le compositeur. Focus sur quelques-unes de ses conceptions originales !

Gourd Tree : Construit en 1964, l’Arbre à gourdes est composé de douze cloches de temple attachées à des gourdes comme caisse de résonance. Chaque gourde est suspendue à une branche d’eucalyptus. Cet instrument est souvent joué avec le Cone Gongs, qui est fait à partir de réservoirs d’avion.

Cloud-Chamber Bowls : C’est son instrument le plus emblématique. La Chambres de nuages est composée de grands gongs de verre, de tailles différentes, suspendu à un cadre en bois, et joué à l’aide de maillets. Harry Partch a initialement créé l’instrument en 1950 à partir de bonbonnes de Pyrex jetées par le laboratoire de l’Université de Californie à Berkeley.

Chromelodeon : Le coloré Chromeleon, construit en 1945, est un orgue adapté au système de tonalités de Harry Partch. L’instrument joue 43 tons par octave, contrairement à un clavier occidental typique qui n’en joue que 12. Le Chromeleon bénéficie aussi d’un clavier additionnel appelé le « sub-bass ». Les deux claviers ont des étiquettes de couleur numérotés qui représentent les rapports du système d’accord. Pour jouer, le musicien doit pomper l’air à l’aide des deux pédales pendant tout le morceau, afin d’en tirer un son.

Kithara II : Atteignant 2 mètres, la Kithara II impose au musicien de jouer debout et sur-élevé. Construit en 1954, cet instrument est composé de 12 ensembles de six cordes qui correspondent aux tonalités primaires de Harry Partch. Quatre de ces ensembles sont dotées de tiges en Pyrex en guise de chevalet.

Bass Marimba : Construit en 1950, le Xylophone grave présente 11 barres faites d’épinette de Sitka. L’instrument est massif, car les barres les plus grandes atteignent le mètre cinquante de hauteur. Le musicien doit s’assoir sur un siège de près de 2 m de largeur pour pouvoir en jouer. Chaque barre est située au-dessus d’un tuyau d’orgue qui sert de résonateur.

Bamboo Marimba II : Surnommée affectueusement “Boo II”, ce Xylophone de bambou (construit en 1971) consiste en 64 tubes de bambou japonais organisée en six rangs. Chaque tube est ouvert des deux côtés et des languettes ont été découpées sur un sixième de la longueur du tube pour produire une harmonie en 6/5e de la tonalité fondamentale.

New Harmonic Canon I : Construit en 1945, le New Harmonic Canon I est un instrument à 44 cordes, avec un système complexe de chevalets. Il a été construit spécifiquement pour recevoir un deuxième réglage, permettant au musicien de choisir celui de son choix, ou les deux simultanément. Les cordes sont accordées différemment en fonction du morceau, et sont jouée aux doigts, au médiator et dans certains cas, de maillets.

The Spoils of War : Créé en 1950, cet instrument tient son nom des cartouches d’obus accordées, qui décorent le cadre. Le Pertes de guerre est composé de quatre Cloud-Chamber Bowls, de pièces de bamboo, d’un bloc de bois, de trois pédales de métal (qui produit le son « Whang ») et d’un guiro. C’est une sorte de grande batterie.

Maintenant que vous savez tout, tentez votre chance pour remporter des places grâce à notre jeu de memory sur Facebook !

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

À découvrir