222
En ce moment Mon compte

Grand Finale : Entretien avec Hofesh Shechter

[Coulisses] le 24 mai 2017

Du 14 au 24 juin, La Villette programme, avec le Théâtre de La Ville, Grand Finale de Hofesh Shechter en création mondiale. Entretien avec le chorégraphe mené par Jeanne Liger.

Victor Frankowski

Quelles sont les lignes d’horizons de cette nouvelle création à trois mois de la première ?
Hofesh Shechter : J’essaye comme souvent d’éviter l’idée d’un thème ou d’un sujet trop précis. Je tente en revanche dans ce spectacle de capturer une sensation du moment qui me semble représentative du monde aujourd’hui. Quelque chose d’énorme, de chaotique est en train de se passer à l’échelle de la planète qui culbute dans une situation incontrôlée. Parallèlement, chaque personne, pourtant responsable individuellement et collectivement, paraît rester à l’écart du phénomène comme si cela n’avait pas d’importance ou qu’elle-même ne comptait plus dans l’affaire.

Vous collaborez avec un groupe de musiciens qui sera présent sur le plateau et pour lequel, comme d’habitude dans vos spectacles, vous composez la musique. Quelle sera la place de cet orchestre au regard des danseurs ?
Hofesh Shechter : Le groupe de musiciens sera séparé des interprètes. Il ne sera pas non plus entraîné par l’énorme vague. Il constitue une sorte de cellule d’humanité pure qui continue de jouer sans interférer avec quiconque pendant que l’apocalypse se déroule autour. Je travaille actuellement sur la composition qui inclut évidemment des percussions mais aussi beaucoup de sons électro et des voix en boucle avec aussi quelque chose d’épique dans la mélodie.

Avez-vous adopté une méthode de travail particulière pour déstabiliser vos habitudes comme vous aimez le faire ?
Hofesh Shechter : Pour le début des répétitions, quatre semaines en janvier, nous nous sommes tous retrouvés en résidence dans une maison située dans un petit village italien, celui de Polverigi, dans le centre de l’Italie. Nous étions loin de Londres et tous ensemble, rien que pour concevoir le spectacle. Les danseurs pouvaient passer dans le studio de musique et, s’ils en avaient envie, participer à l’élaboration. C’est une sorte de laboratoire.

Où trouvez-vous votre inspiration ?
Hofesh Shechter : En ce qui concerne l’écriture de la danse, j’ai improvisé avec eux pour trouver de nouveaux matériaux. Nous avons cherché beaucoup autour du duo et du contact, un territoire que j’ai peu exploré jusqu’à présent: ma danse est plutôt individuelle. Cela m’intéresse beaucoup de voir quelle énergie, quelle complexité aussi, entraîne cette recherche qui va aussi faire travailler l’ensemble du groupe dans une grande proximité.

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

À découvrir