En ce moment Mon compte

Expo The Velvet Underground à la Philharmonie

[Effervescence] le 22 juillet 2016

Jusqu'au 21 août, la Philharmonie de Paris accueille l’exposition The Velvet Underground - New York Extravaganza pour le cinquantième anniversaire de l’album à la banane ! L’occasion de se replonger dans l’univers dans l’Amérique des années 60 avec Lou Reed, John Cale et Andy Warhol. Une expo essentielle !

A l’arrivée dans la Philharmonie, on nous distribue un casque, qui permet de se brancher quand on veut pour écouter ce qui nous chante. Et de fait toutes les conditions sont réunies pour se poser, et écouter des morceaux expérimentaux de John Cale (extrait de Sun Blindness Music par exemple), s’assoir voire s’allonger pour regarder un documentaire… Au milieu de la deuxième salle, l’exposition s’est construit une petite cabane avec matelas pour tranquillement écouter le premier album du Velvet Underground !

A l’entrée, une chronologie des événements rappelle brusquement la brièveté de ce groupe. En effet, formé en 1965 autour de Lou Reed et John Cale, la formation originale a commencé à se dissoudre dès 1968 avec le départ de ce dernier, pour petit à petit fondre comme neige au soleil, laissant Doug Yule – dernière recrue – comme seul maître à bord sur le cinquième album Squeeze. Pour s’y retrouver dans ce méandre, la scénographie est bien faite, et permet à l’aide de petites bios simples de comprendre les implications de chaque personnage, comme dans une grande saga russe.

La première salle raconte la vie de Lou Reed, sa passion pour Allen Ginsberg, comment il a découvert la drogue avec un sirop pour la toux à l’opium, et surtout comment il a rencontré John Cale. C’est étonnant de constater à quel point tout les opposait ! En parallèle, l’exposition nous plonge dans la culture underground new-yorkaise, à l’aide de photos de Fred McDarrah, films et portraits de La Monte Young, Edward Hopper, Woody Allen

L’expo passe par toutes les étapes du The Velvet Underground, y compris une tournée avec The Primitives pour promouvoir un titre une compilation sortie sur le label Pickwick, jusqu’à la fameuse résidence au Café Bizarre, qui leur a permis de se faire repérer par Andy Warhol ! Leur asile politique à la Factory permet de mieux comprendre l’influence de l’artiste sur le groupe, avec l’intégration de Nico, et surtout la légendaire pochette !

Au fil des flops des deux premiers albums, on se balade avec The Velvet Underground, on part en tournée, on fait des happenings et assiste (entre autres) à la rencontre de John Cale et sa (première) femme Betsey Johnson. Puis un à un, on voit les membres quitter le groupe, avec comme point culminant le départ de Lou Reed juste après la sortie de Loaded, quatrième album. Pour finir sur leur consécration (sous forme de revanche) quand David Bowie les déclare comme une référence.

Et de fait, en ré-écoutant les albums du Velvet Underground à l’occasion de cette expo, on découvre qu’il font plus que jamais partie de l’inconscient collectif, mais surtout qu’ils n’ont absolument pas pris une ride !

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

À découvrir