En ce moment Mon compte

Critiques de Political Mother

[Effervescence] le 18 novembre 2014

Du 18 au 20 décembre, en partenariat avec le Théâtre de la Ville, la Villette accueille Political Mother : The Choreographer’s Cut d’Hofesh Shechter. Un spectacle qui mêle théâtre et danse avec toute l’énergie d’un concert de rock. Tour du monde en critiques !

Depuis sa création en 2010, Political Mother: The Choreographer’s Cut n’arrête pas de tourner. Pour son premier long format, Hofesh Shechter reste dans la continuité de The Art of Not Looking Back. Une heure dix d’énergie à haute dose… Préparez-vous à un rush d’adrénaline !

Des bribes de spectacles laissent entrevoir une énigmatique inscription "Where there is pressure there is folk dance." (Là où il y a une (ré)pression, il y a de la danse folk).

Car Political Mother parle d’oppression. Les percussions sont martiales, les guitares sont bien trempées, et le chanteur impressionnant… jusqu’à prendre la forme d’un gorille dictateur. Soutenue par de fortes lumières, la musique aveugle et le mur de musiciens devient hypnotisant. Pour pointer du doigt l’endoctrinement politique, les danseurs dansent comme des "marionnettes manipulées par une puissance supérieure". The Inkpot, Singapore

C’est là que la danse prend son sens en tant qu’expression du désir politique. Avec des influences du Moyen-Orient, tous les styles s’entremêlent : de la folk israélienne, au moderne, en passant par le break et le krump. Chaque danseurs exprime, de manière fluide, la colère, le désespoir, l’hésitation, l’agression, l’engagement, la tendresse, l’intensité, la transe, l’excitation… Neon Tommy (Annenberg Media Center à Los Angeles)

D’après Now Toronto (Canada), Political Mother critique avec humanité la société et sa relation passionnelle avec les mécanismes politiques qu’elle crée. Le spectacle mêle d’ailleurs tous les pays et conflits, « comme si la frise chronologique avait perdu les pédales ».

Une mise en scène crue mais « qui prend d’assaut tous les sens ! » Wales Online, Pays de Galles

Ainsi, le chorégraphe israélo-britannique a su créer un spectacle très visuel, rythmé par des tableaux très contrastés, au montage très cinématographique. Les armes se succèdent sur scène : du sabre japonais, on passe au feu et on se retrouve avec des "éclaboussures d’une imagerie politique éclatée", raconte The Gardian, Angleterre.

Avec Political Mother: The Choreographer’s Cut, Hofesh Shechter exprime toute l’urgence d’une situation encore et toujours d’actualité, pour un résultat exaltant. L’action crée une sensation de danger avec « un suspense à couper le souffle » The Hindu, Inde.

Crédit photo : Gabriele Zucca

Ne le gardez pas pour vous

Partagez cet événement sur les réseaux sociaux

À découvrir